Institutrice

Publié le par Hélène2_3

Je crois que je vous ai déjà dit que j'étais institutrice... et je peux ajouter toujours aussi heureuse de l'être après ving-huit ans de carrière.

Mais il y a des jours où c'est plus difficile que d'autres ! Il est des élèves avec lesquels on passe beaucoup de temps, beaucoup d'énergie. Et on ne le regrette pas : c'est notre métier ! Seulement il est toujours difficile, quand on voudrait que les parents de ces élèves nous aident ou au moins nous soutiennent pour faire avancer ces enfants confiés à nos soins "pédagogiques", de constater qu'ils préfèrent contester un travail, une note, une leçon que de chercher, avec nous, à faire progresser leur rejeton...

Aussi, quand à 17h30, après une journée bien (trop?) remplie, certains viennent contester une moyenne sur un bulletin, mieux vaut leur dire de revenir après les vacances. Comme on aimerait leur dire, à ceux là, qu'ils ne prennent pas le bon chemin pour aider leur enfant ! Mais on se retient ou on essaie de leur faire comprendre (bien trop souvent en pure perte !!!)

Oui, je suis bien consciente qu'il est peut-être présomptueux dire cela, que c'est de toute façon plus facile de critiquer les réactions des autres que de remettre les siennes en cause, mais je crois que c'est dans les relations avec certains parents que mon métier me pèse le plus ! Allez, heureusement, il y a mes élèves... Et là, j'aime toujours autant ce que je fais !

Il parait que cela va mieux en disant les choses ; et c'est sans doute vrai car je me sens d'attaque pour 10 jours de vacances qui commenceront, demain, par de la peinture et de la tapisserie : je refais ma salle à manger...

Publié dans Ecole

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

HélÚne 11/04/2007 15:37

Je commence tout juste... Mais à moi aussi il m'arrive de me sentir parfois découragée...